« Guys and Dolls » : la magie de Broadway à Paris

FullSizeRender

Comédie musicale reconnue et célébrée, Guys and Dolls a le don de mettre le public dans la plus grande des joies. Avant que le spectacle ne commence, nombreux sont subjugués par le décor. Nous attendons alors avec impatience que la fête illumine nos esprits. Dansons toute une soirée durant. Indispensable exercice.

La partition de Franck Loesser est envoûtante. Nous sommes transportés en plein cœur d’un New-York festif. 1950. Tous les protagonistes sont liés par une même volonté. Faire de l’existence un conte émotionnel et drôle. L’amour est le sujet principal de cette histoire rocambolesque.  Parieurs invétérés et membres de l’Armée du Salut se rencontrent. Saisissant contraste.

Nathan Detroit est le fiancé épris de la belle et fantasque Adélaïde. Quatorze années d’un compagnonnage orageux et passionnel. Avec ses fidèles amis, Nathan ne peut s’empêcher de jouer. Addiction. Appât du gain. Goût du risque. Les femmes tiennent une place importante dans leur vie. Mais les bas fonds de la ville les absorbent. Gouffre.

En parallèle, un autre récit se déroule. Sky, confident de Nathan, accepte de relever le défi lancé par ce dernier. Séduire l’insouciante Sarah. Appartenant à l’organisation humanitaire, elle ne semble pas être impressionnée par Sky. Mépris. Faux prince charmant.

Les chorégraphies se succèdent. Colorées. La mise en scène de Stephen Mear est digne d’une fresque cinématographique américaine. Du cabaret d’Adélaïde aux égouts de la cité, nous suivons avec intérêt les pérégrinations de ces voyous farceurs.

Sky et Sarah finissent par convoler après l’acceptation de leur caractère respectif. Quant à Adélaïde, elle se console en formant des artistes. Obligée de mentir à ses proches. Famille inventée. Pourtant, le bonheur l’attend.

L’Armée du Salut et les garnements s’unissent en fanfare. Chaque personnage apporte son grain de folie. Excentricité.

L’ensemble est inouï. Les comédiens irradient.

Nous sommes conquis.

Marion Allard-Latour

Informations pratiques : Guys and Dolls au Théâtre Marigny jusqu’au 27 juillet 2019

 

Peau d’âne : la magie s’invite au Théâtre Marigny

img_4611

 

À l’occasion de la réouverture du Théâtre Marigny, Peau d’âne fait une rentrée enchantée. Nous sommes immédiatement projetés dans un monde onirique où seule la poésie compte.

Le film de Jacques Demy a marqué plusieurs générations de spectateurs. Les chansons sont connues de tous. Rêves secrets d’un prince et d’une princesse, Il était une fois, Les ministres, le savant… L’émotion est la même à chaque écoute. La musique de Michel Legrand est intemporelle. Tendre retour en enfance.

Du château de la belle princesse à la forêt dense et obscure, nous suivons l’histoire d’une jeune femme refusant la main de son père. Sa marraine la fée l’aide dans sa fuite. L’ingénue demande au roi des robes aux couleurs indéfinissables. S’il réalise ses vœux, elle ne pourra se soustraire au terrible mariage.

Elles sont plus belles les unes que les autres. Couleur du temps. Couleur du soleil. Couleur de la lune. Véritable défilé.

Le monarque a réponse à tout. La fée lui lance un ultimatum à travers la parole de sa chair. Elle désire obtenir la peau de son âne. Curieuse demande. Encore une fois il obtempère.

Disparaître est l’unique solution. Peau d’âne devient un souillon. Nous rencontrons des personnages aussi drôles que fascinants. Une vieille sorcière acariâtre. Des dizaines d’inconnus dansant joyeusement.

Un prince se cache dans cette contrée. Sa rencontre avec Peau d’âne est inéluctable. Coup de foudre.

Les décors sont d’une incroyable somptuosité. Les différents protagonistes entourent Peau d’âne de manière gaie et envoûtante. Conte pour enfants.

Marie Oppert incarne très bien cette future reine. Promise à l’élu de son cœur. La fée Emma Kate Nelson est rock ‘n’roll à souhait. Elle se déplace en rollers. Drôlerie certaine. Marie-Agnès Gillot campe une mère attentionnée envers son fils épris de Peau d’âne. Magistrale. Claire Chazal est la narratrice inattendue de ce spectacle.

Le final éblouit petits et grands !

Amour, amour je t’aime tant !

 Marion Allard-Latour

Informations pratiques : Peau d’âne au Théâtre Marigny jusqu’au 17 février 2019