« Rouge » de John Logan : dans l’atelier de Rothko

IMG_6821.JPG

Confrontation au sommet. Mark Rothko, peintre de la démesure, emmène son nouvel assistant Ken, pour un beau voyage artistique et existentiel. Les deux hommes apprennent à cohabiter au sein du grand atelier. Leur désaccord profond sur mille et un sujets est d’une féroce utilité.

John Logan possède une plume incisive permettant de cerner la personnalité de Rothko. Passionnée et intransigeante.

Ken a connu un drame. Celui de l’assassinat de ses parents. Il est autodidacte. Son admiration pour Jackson Pollock est infinie.

Rothko méprise le jeune homme. Ken n’a pas lu Nietzsche. Pollock est intellectuellement indissociable du philosophe. On ne peut le comprendre sans s’être plongé dans des volumes entiers. Il est un être cultivé.

Trois grandes toiles rouges descendent jusque sur le plateau. Rothko est très demandé par les nantis. Il a l’impression de perdre son âme. La vie de bohême lui est indispensable.

Ken essaie de lui donner des conseils. Rothko entre dans une colère noire. Deuxième teinte d’importance. Ils s’emportent à tour de rôle. Puis se rejoignent devant une toile blanche. Et devient rouge. La chanson d’Édith Piaf Heaven a Mercy résonne.

Rothko et Ken occupent l’espace différemment.

Mark Rothko est insaisissable.  Maître solitaire.

La mise en scène de Jérémie Lippman est digne de la grandeur de Rothko.

Niels Arestrup et Alexis Moncorgé sont absolument extraordinaires.

Marion Allard-Latour

Informations pratiques : Rouge au Théâtre Montparnasse. Jusqu’au 15 décembre 2019

Vernissage : des couleurs à l’heure d’hiver

FullSizeRender

Trois artistes exposent leurs œuvres dans une galerie nichée en plein cœur du 11ème arrondissement. Déambulation rêveuse.

Les encres de Nathalie Grenier représentent des personnages en quête de voyages. Sur d’anciennes cartes routières, ils se posent en maîtres des lieux. La mer et la montagne comme destinations de prédilection. Carnet de route éclairant.

Multiples sujets de création.

Les femmes inspirent la peintre. Gravures universelles.

Laurent Champoussin, photographe, est un conteur de la nature. Impressionnante forêt de sapins. Mille et une perspectives.

Les céramiques de Sylvain Gaudenzi sont  de précieux objets.

Somptuosité.

Marion Allard-Latour

Informations pratiques : jusqu’au 8 décembre. Adresse : 4ter passage de la Main d’Or (75011)