« La Trilogie de la vengeance » de Simon Stone : des femmes en colère

IMG_5233

Œuvre immensément féministe. Simon Stone ouvre une nouvelle page du théâtre contemporain avec La Trilogie de la vengeance. Le dispositif employé séduit le public de l’Odéon. Des groupes se forment afin de découvrir cette pièce hors norme. Trois heures pour réfléchir sur la place des femmes au sein de notre société moderne. Un seul homme s’est immiscé dans la distribution. Il est fou et coupable du mal fait au sexe opposé. L’inceste est au cœur de l’intrigue. Froideur absolue.

Séverine est une jeune adolescente bravant tous les interdits. Étudiante au Havre, elle ne rêve que de Paris. Elle se trouve dans une chambre d’hôtel située dans le 9ème arrondissement. En attente d’un amoureux secret. Trahie par l’un des siens, elle est démasquée par son père. Scène de dispute.

Dans la première salle, le décor est d’un réalisme foudroyant. Tout comme l’histoire qui s’apprête à se dérouler sous nos yeux. Les personnages s’entremêlent. Séverine est décédée. Implosion familiale. Sa disparition reste un mystère. Assassinat ou suicide ? Les soixante premières minutes marquent un tournant. Chantal, la mère de Séverine, a refait sa vie avec une personne aimante et invisible pour le spectateur. Seul véritable couple. Le père, Arnaud, ressemble étrangement à son fils Jean-Baptiste. Ce dernier est le personnage central. Celui qui porte la faute originelle. Son épouse, Irène, connaît le péché commis par son mari. Elle jette un voile sur ce passé honteux. Sauver les apparences pour protéger ses filles. L’une d’elle s’appelle Séverine. Comme sa tante. Elle est sa réincarnation. Jean-Baptiste l’aime plus que de mesure. Irène est perdue. Abîme de l’existence. Unie à un malade.

Seconde période. Jean-Baptiste n’est pas seulement méprisé par ses proches. Devenu directeur d’une agence de voyages, il est confronté à ses collègues. Toutes sont des femmes. Florence, Odette, Margaux… Et une nouvelle venue. Jean-Baptiste a abusé de ses employées. Elles décident de se venger. Le harcèlement sexuel est puni par la loi. Elles deviennent les seules juges. Rébellion après des années de silence. L’omerta se brise. Zoé, fille de Margaux, est l’instigatrice de cet acte. Jean-Baptiste est ligoté. Derniers instants. Le bourreau est dans l’obligation d’avouer les sévices qu’il a fait subir. À travers chacune d’elles, il recherchait la douceur et la beauté de Séverine. Sa sœur et sa maîtresse. Les femmes savent ce qu’elles réalisent. Elles sont indestructibles.

Troisième temps. Nous sommes projetés des décennies en arrière. Mariage d’Irène et de Jean-Baptiste. Restaurant chinois. Pauvreté de la réception. Vingt invités tentent d’égayer cette sinistre soirée. Nous les imaginons en coulisses. Séverine veut tout avouer. Sa grossesse et son amour immodéré pour Jean-Baptiste. Son frère. Elle hurle jusqu’à l’hystérie. Jean-Baptiste s’est volatilisé. La fuite est sa plus grande réussite. Irène ne comprend pas et s’en remet alors à sa propre mère. Erreur de jeunesse qu’elle contribuera à payer longtemps encore. Mensonge et dégoût.

Arnaud et Jean-Baptiste sont des hommes faibles. Lâcheté morale.

Incroyable construction. Effroi. Douleur.

La mise en scène de Simon Stone est une prodigieuse composition d’émotions non dites.

Valeria Bruni Tedeschi, Servane Ducorps, Adèle Exarchopoulos, Eye Haïdara, Pauline Lorillard, Nathalie Richard, Alison Valence et Éric Caravaca sont sublimes. Simplement sublimes.

L’air est aussi lourd qu’un jour d’orage. Et si puissant.

Marion Allard-Latour

Informations pratiques : La Trilogie de la vengeance aux Ateliers Berthier jusqu’au 21 avril 2019

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s