Quatre belles rencontres !

ob_00a4db_marion-france-culture

Ce 22 avril, un événement exceptionnel avait lieu à la Maison de la Radio ; quatre masterclasses avec le réalisateur Costa-Gavras, la réalisatrice Agnès Varda, le cinéaste Arnaud Desplechin et l’architecte Jean Nouvel. Retour sur une superbe journée, placée sous le signe de l’amour du cinéma et du goût des belles choses.

Costa-Gavras, un cinéaste engagé

La première masterclasse de la journée est celle de Costa-Gavras. Un monument du cinéma. L’Aveu, Z, Amen, Clair de femme,tant de chefs-d ‘œuvre. Le réalisateur commence par évoquer sa conception du cinéma, qui est avant tout politique. Ses films le montrent à chaque fois comme dans le très beau Missing qui parle du coup d’état du 11 septembre 1973. Mais dans l’ensemble des œuvres de Costa-Gavras, il est toujours question de résistance. Résister, le mot revient tout au long de la conférence. Un besoin de témoigner de faits politiques contemporains pour interpeller le monde, le faire réfléchir. Quoi de mieux que le cinéma pour faire passer un message. D’ailleurs Costa-Gavras dit de tous les films qu’ils ont le formidable avantage de faire le tour de la planète. Le 7ème art est universel, il ne connaît ni les frontières ni les âges.

Agnès Varda, la mémoire du cinéma

Quelle émotion ! Agnès Varda, réalisatrice de Cléo de 5 à 7, Sans toit ni loi, Jacquot de Nantes, est présente pour le plus grand bonheur du public. Tout au long de sa masterclasse, la cinéaste parle de ses « trois vies ». Après avoir étudié la photographie aux Beaux-Arts de Paris, Agnès Varda est employée par Jean Vilar et devient la photographe du TNP. Sa seconde « vie » est la plus connue, celle d’une carrière hors norme. Son premier film, La pointe courte (1955), réunit Silvia Monfort et Philippe Noiret. Puis viendront toutes les autres œuvres, Cléo de 5 à 7, avec Corinne Marchand, Jacquot de Nantes, qui raconte l’enfance de Jacques Demy à Nantes et la naissance de sa passion pour le cinéma, et de nombreux documentaires dont Les Glaneurs et la Glaneuse, Les plages d’Agnès…

Aujourd’hui, Agnès Varda réalise de nombreuses expositions notamment pour la Fondation Cartier. Très récemment, la réalisatrice a également participer à un important projet cinématographique avec l’artiste JR. Tous deux ont parcouru les routes de France à la rencontre des gens. Là encore, une histoire de mémoire.

Une magnifique rencontre !

Arnaud Desplechin, le maître

Ma première rencontre fictive avec Arnaud Desplechin date de 2008 lors de la sortie d’Un conte de Noël. Rarement ais-je été aussi transportée par un film. Puis en grandissant, je vis Rois et reines et très récemment son premier métrage, La Vie des morts (1991).

Pour le réalisateur le cinéma est avant tout une croyance. Ses inspirations viennent essentiellement du cinéma américain période Nouvel Hollywood (Coppola, Kubrick, Hopper…).

Tous ses films ont des liens, à commencer par le choix des noms et des prénoms. Même si les personnages portant les mêmes prénoms sont interprétés par des acteurs différents dans chaque œuvre, le spectateur comprend qu’ils appartiennent tous à la même famille, qu’ils sont tour à tour heureux, malheureux, tourmentés, incompris. Cette connivence, magnifique et unique, fait les beaux jours des cinéphiles du monde entier !

Jean Nouvel, architecte de génie

Pour clôturer ces masterclasses, Jean Nouvel est venu nous parler de son œuvre, mais aussi de sa conception de l’urbanisme. Ancien élève d’architecture aux Beaux-Arts de Paris, Jean Nouvel considère que cet art a un rôle primordial à jouer dans la société. Fortement inspiré par ses maîtres Paul Virilio et Claude Parent, toutes ses constructions ont pour but de modifier un espace et de le rendre accessible à tous. À Paris, on lui doit l’Institut du monde arabe, la très belle salle de la Philharmonie, le musée du Quai Branly ou encore la Fondation Cartier. Des lieux de culture, aujourd’hui très fréquentés et appréciés.

En nous parlant de son travail, l’architecte affirme que ce qui est important dans ce domaine, c’est la division des tâches. Il y a bien évidemment celui qui imagine, dessine puis exécute le projet et ceux qui le construise. Tout est lié et le partage des idées est nécessaire afin de réaliser des monuments qui ont pour vocation à rester en place des siècles (on l’espère !)

Quatre rencontres superbes et marquantes ! L’art, la création et la beauté étaient au rendez-vous !

 Marion Allard-Latour

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s